“La guerre, c'est la guerre des hommes ; la paix, c'est la guerre des idées.”

Victor Hugo (1802 - 1885)

Bienvenue en Arcadie

Vous êtes ici : Accueil > Débats > Faut-il rendre le vote obligatoire ?

Faut-il rendre le vote obligatoire ?

ShareThis

En France, nous avons le droit de voter. Certains parlent de « devoir civique », mais le vote n’est pas une obligation du citoyen à titre personnel. Autrement dit, les abstentionnistes ont le droit de ne pas voter. En Belgique, le vote obligatoire, instauré en 1894, avait pour but, à l’origine, de protéger les ouvriers contre les pressions des patrons, lors des élections. L’obligation de voter continue d'exister en Belgique, elle existe aussi en Grèce, au Luxembourg, au Lichtenstein, en Autriche, dans certains cantons suisses. Das ces pays, les abstentionnistes doivent payer des amendes, plus ou moins fortes ou symboliques. En Belgique, un non-votant récidiviste peut perdre théoriquement une partie de ses droits civiques. Mais les sanctions sont très rares. En France, après le 21 avril 2002, et la qualification de l'extrême droite au second tour de la présidentielle, dans un contexte d'abstention forte, plusieurs députés avaient lancé l’idée d’un vote obligatoire… Laurent Fabius (PS) et Dominique Paillé (UDF à l'époque) y était favorable... Débat enterré depuis… Alors, que changerait le vote obligatoire ? Permettrait-il des progrès démocratiques ? Changerait-il la manière de faire de la politique ? Au contraire, est-ce une idée creuse ? Et le vote, est-ce tout ce qui caractérise la vitalité démocratique… ? Venez nombreux échanger et réfléchir. Le vendredi 27 avril à nancy, MJC Pichon, 18h30.

Poursuivre le débat

Ce débat a eu lieu le 27/04/2012 à Nancy. Vous pouvez continuer à échanger sur le sujet.

Compte-rendus

Interventions

_avatar_30

Jacques

jeudi 29 novembre 2012 16:48:41 +00:00

Seuls des démagogues pouvaient appeler à obliger les citoyens à voter au siflet : eux-seuls pouvaient viser à la quantité, voire fabriquer des unanimités à coup de lois électorales tordues : les démocrates-eux visaient à la qualité, à une sage diversité, veillant à ne pas faire de chaque élection un jour sans lendemain, à chaque fois.
Les apôtres de la contrainte me semblaient fort imprudents, à ne pas voir qu'ils risquaient, à s'entêter, de drainer vers les urnes un flot insoutenable de fous-furieux-mécontents.
Personnellement, j'avais plus de respect pour ces indécis qui faisaient gentiment confiance à leurs voisins, qu'à ces demi-fous qui croyaient avoir enfin trouvé le messie tous les cinq ans !...

Participer au débat

Les champ marqués d'une * sont obligatoires

Marre de retaper vos coordonnées ? Créez un compte ! Créer un compte permet d'être averti des nouvelles contributions, d'être reconnu et donc de ne pas avoir à taper ses coordonnées pour participer aux débats.

Premier ouvrage des Cafés Citoyens

Où en est l'esprit démocratique aujourd'hui ?

La démocratie, c'est nous !

En savoir plus

Les prochains débats